Actualités Economie

Quel contenu pour une formation de la lutte contre le Blanchiment et le Financement du Terrorisme ?

Pour être aux normes de la société, certaines formations sont nécessaires surtout dans le domaine du droit. En matière de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, ces formation permettent d’être mieux armé pour combattre ce phénomène au sein de son entreprise. Quel en est le contenu ?

Comprendre la thématique principale de la formation : le blanchiment d’argent

Tout d’abord, la formation s’articulera autour de la notion du blanchiment d’argent et son cadre. Dans la deuxième partie du module de la formation lab ou lcft se trouvent ceux qui sont sujets à subir le blanchiment d’argent dans une firme.

Une fois que le participant à la forme connait ses aspects du méfait, il est temps pour lui d’entrer en contact avec les obligations. L’enseignement se basera sur les principales obligations qu’octroie cette lutte contre cette pratique frauduleuse.

Pour bien cerner le phénomène, la formation permettra à l’employé de maitriser les clients. Cela se fera à travers un condensé d’astuce pour sa vigilance. De plus, le salarié pourra disposer des armes pour s’adapter à n’importe quelle situation.

Pour cela, il aura à identifier les bénéficiaires de cette pratique nuisible à l’entreprise parmi les clients. Il saura aussi quels sont les éléments à conserver de même que les documents qu’il juge importants dans le processus de maitrise.

Pour finir, la formation se basera sur les mesures efficaces pour geler les avoirs du fautif et les différentes solutions pour la règlementation. Ces données techniques participeront à s’aligner sur les directives du droit. 

Le module sur la déclaration de soupçon et les signes alarmants

Subir une fraude au sein d’une entreprise peut faire déjà l’objet d’une plainte comme une déclaration de soupçon. Compte tenu de la sensibilité de cette annonce, la formation se concentre sur sa rédaction, son encadrement et les sanctions qui suivront si cela s’avère être le cas.

Si l’employé est aussi témoin des fraudes courantes, il est tenu de le signaler et aussi de les détecter. Parmi les fraudes les plus usuelles se trouvent, les fraudes fiscales comme la délocalisation virtuelle d’une entreprise ou de son siège.

En outre, la formation informe également les apprenants des différentes nouveautés en matière de droit, et de la manière d’adapter leur déclaration dans un meilleur cadre. Il est à noter que ces faits viennent après la détection et l’analyse des signes alarmants. 

La partie pratique la formation : exemple, mises en situation et cas pratiques

Tout d’abord, aucune formation ne peut se dérouler sans études pratiques. Dans ces cas, ce sont souvent des exercices et des questions à choix multiples. Dans le cas d’espèces, les QCM et les exercices concerneront le blanchiment d’argent. 
Banalement, une douzaine de cas peuvent être étudié de même que les alertes des méfaits. Cela offrirait au participant de plancher sur des études de cas qui serviront d’examen et aussi de perfectionnement des aptitudes.
Une fois que tout cela est fait en présentiel ou à distance, l’employé de l’entreprise disposera de toutes les armes. Il s’en sortira au moindre signe d’alerte contre la fraude et le blanchiment d’argent. Afin d’assurer tous les postes clés de votre entreprise, il est conseillé de toujours envoyer ceux qui sont proches des ressources financières.